Section PCF de La Garde et Le Pradet (83)

Section PCF de La Garde et Le Pradet (83)
Accueil > Élu-e-s
 

Monique Thomas - conseillère municipale de La Garde

Agenda



 
 
 

transport ferroviaire: Intervention d'Alain Bolla PCF/FDG au Conseil Régional

Assemblée plénière du vendredi 27 Juin 2014

 

 

Intervention de M. Alain BOLLA

 

Rapport 15 : Contrat  d'exploitation  des  services  ferroviaires  régionaux 2007-2016  entre  la   Région et la SNCF – Avenant n° 29.

 

Monsieur le Président chers Collègues,

 

 

…..

Vous en savez quelque chose, Monsieur le Président, puisque vous êtes intervenu maintes fois auprès de M. Guillaume Pépi.

Rien n’y fait pour l’instant et la tentation peut être grande pour certain d’orienter les choix de la Région vers un autre opérateur ferroviaire et/ou d’engager des partenariats publics privés pour soit disant modifier la situation actuelle.

Or nous avons la conviction que les politiques publiques de démantèlement de la SNCF, menées depuis plusieurs décennies sont responsables de la situation actuelle.

La réduction permanente des moyens, matériels, humains et financiers et l’éclatement de l’entreprise publique font la démonstration de leur inefficacité !

Les objectifs affichés étaient d’avoir une meilleure maîtrise des coûts en recentrant l’opérateur historique sur ce qui est appelé le cœur du métier.

Au lieu de cela, Les restructurations engagées ont favorisé les rationalisations, les suppressions d’effectifs, la dégradation des services, tout en remettant en cause les droits et les conditions de travail des salariés.

C’était une étape voulue par les gouvernements de l’époque, pour faire sauter les verrous que sont le statut juridique de l’entreprise publique et les droits et garanties statutaires des personnels pour aller vers la libéralisation totale du réseau.

Une libéralisation du réseau ferré votée ou cautionnée au parlement européen par les députés des groupes politiques présents dans notre hémicycle, à l’exception de celui du Front de Gauche.

Et nous en sommes fiers ! Tout comme nous sommes fiers de soutenir la lutte des cheminots, celles des intermittents, des salariés de la SNCM, ou encore de toutes celles et tous ceux qui défendent leurs droits, leurs emplois, ou qui se battent pour développer les services publics.

La lutte des cheminots n’est pas terminée, car contrairement à ce  que déferlent les médias, elle      n’est pas celle de quelques salariés qui seraient nantis et qui n’auraient d’autre objectif que de         conserver leurs acquis , comme celle des salariés de la SNCM, elle touche à la conception même du service public de transport de voyageur et de fret dans notre pays.

Elle place au cœur du débat l’intérêt général!

Notre pays a besoin de se mettre à jour en matière de mobilité et particulièrement de système ferroviaire qui est victime d’un déficit important d’investissements publics.

Pour autant, une réforme est indispensable, pour satisfaire de manière durable les besoins grandissants répondant aux enjeux et aux défis environnementaux.

Mais cela ne peut être la réforme que veut imposer le Gouvernement, car elle s’inscrit dans la démarche européenne d’ouverture totale à la concurrence d’ici à 2016.

Les conséquences d’un tel choix politique sont connues !                                                                                    Les expériences des privatisations sont là pour nous les rappeler ! Les usagers n’ont rien de bon à  attendre, l’objectif essentiel étant d’atteindre un taux de rentabilité à deux chiffres pour les              actionnaires privés.

Alors que l’austérité imposée par les choix gouvernementaux frappe de plus en plus de personnes, plus que jamais doivent s’exprimer les solidarités et la cohésion sociale au travers de services publics renforcés et développées.

Le service public ferroviaire, comme tout service public est garant de l’intérêt général et permet     d’améliorer la qualité et la sécurité au service des populations pour peu qu’on lui en donne les        moyens.

Mais, Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage !!

Avec les luttes pour des services publics démocratisés, c’est clairement le choix de société qui est   en question !!

Notre groupe continuera de se battre pour le développement des politiques publiques et des services publics comme il s’est engagé à le faire durant la campagne de 2010.

Nous regrettons que cela ne soit pas le cas pour tout le monde!!

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.