Section PCF de La Garde et Le Pradet (83)

Section PCF de La Garde et Le Pradet (83)
Accueil
 

Agenda



 
 
 

Ex Chaberte: L'élu régional FDG Alain Bolla écrit au Président de TPM et au Préfet pour un règlement définitif et stable pour ces familles

Poursuivant la lutte ménée depuis plus d'un an  par les 17 associations et organisations dont la section du PCF de la Garde Le Pradet et l'élue communiste Monique Thomas , Alain Bolla , conseiller régional PCF / FDG a adressé une lettre au Préfet et à Hubert Falco demandant un accueil  stable et définitif pour les ex de La Chaberte

 

 

Hubert FALCO
 Président de TPM

Hôtel de la Communauté d'Agglomération de TPM
 20, rue Nicolas Peiresc
 BP 536
 83041 TOULON CEDEX 9                          

Monsieur le Président,
Il y a plusieurs mois, avec les gens du voyage sédentarisés « ex-Chaberte », nous vous interpellions sur la situation crée par leur expulsion et sur la nécessité de trouver une solution acceptable pour eux, tenant compte de la loi et des directives Européenne en la matière.
Madame Marie Christine VERGIAT, députée Européenne était venue sur place et a interpellée la préfecture du Var et le gouvernement pour que la puissance publique, responsable de cette situation trouve les moyens de son règlement dans les meilleurs délais.
En juillet 2013, si aucune perspective nouvelle pour ces deux familles n’est entrevue pour un relogement sur un terrain public mis à disposition pour leur habitat mobile, l’interpellation de la préfecture aux communes pour qu’elles respectent enfin la loi sur les aires de grands passages comme indiqué dans le schéma départemental, est un acte politique fort.
C’est une première étape et dans son prolongement, le bureau de votre assemblée a pris la décision d’engager la procédure d’acquisition, sur la commune de LA CRAU, d’un terrain de 1,7 ha pouvant accueillir moins de 200 caravanes.
Cette deuxième étape s’inscrit dans une démarche de régularisation concernant l’accueil des grands voyageurs, ce qui est une bonne chose !
Pour autant, la situation des gens du voyage sédentarisés n’est toujours pas réglée !
Actuellement sur un terrain locatif sans aucune commodité, il leur est de nouveau demandé gentiment de partir !!!
En fait ce sont des gens du voyage sédentarisés qui n’arrêtent pas de « voyager sur le territoire de TPM ».

Vous comprendrez Monsieur le Président qu’il faut que cela cesse et la seule solution viable et acceptable par les intéressés est la mise à disposition par TPM d’un terrain aux normes sanitaires et de sécurités.
Le terrain que vous êtes en train d’acquérir est réputé inondable dans sa plus grande partie mais après examen, il s’avère qu’une zone de ce terrain est non inondable et correspondrait très bien aux besoins.
Je suis très attentif aux conditions humaines dans lesquelles vivent nos concitoyens et ne peux accepter ce déni de droits humains dans lequel se trouvent ces hommes, ces femmes, ses enfants.
Je vous demande de donner à ces familles un espace décent, correspondant à leur mode de vie, en leur attribuant une parcelle sur le terrain à LA CRAU.
Ainsi se côtoieraient sur le même terrain des gens du voyage de grand passage et des sédentarisés.
C’est d’autant plus important que vous reconnaissez implicitement dans les "considérants" de la décision que TPM a prise que ceux qui était hors la loi et généraient des troubles à l’ordre public n’était pas les gens du voyage mais bien les élus qui ne respectaient pas la loi !
C’est donc dans un souci d’égalité des droits humains et d’humanité pour ces familles, que je vous demande, Monsieur le Président, d’engager rapidement de nouvelles discussions avec elles pour trouver l’issue à cette situation qui porte les stigmates des difficultés que nous avons encore dans le Var à vivre ensemble dans nos différences.
Bien sûr je suis disponible pour participer au processus de règlement de cette situation.
Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération.
Alain BOLLA
Conseiller Régional

 

                                                                                                                             Monsieur le Préfet
                                                                                                                             Bd 112ème Régiment d’Infanterie
                                                                                                                             83000 TOULON

Monsieur le préfet,
Vous avez fait, voilà quelques jours, une interpellation forte aux communes du département pour qu’elles se mettent en règle avec la loi et le schéma départemental concernant la mise à disposition aux gens du voyage d’aires de grands passages.
Comme élu régional, je tiens à vous interpeller sur la situation, non encore résolue, des gens du voyage, sédentarisés.
L’exemple des « ex-Chaberte » est de ce point de vue significatif.
Depuis leur expulsion de la Chaberte, aucune solution n’a été trouvée !
Aujourd’hui les familles concernées sont sur un terrain loué sans aucune commodité !
Ce sont des hommes, des femmes et des enfants en bas âges qui se retrouvent de nouveau dans une situation indigne dans notre pays.
Cette question, qui est très sensible dans notre société, ne peut trouver de solution en dehors de l’action publique, parce que ces familles ont des droits et des devoirs comme tout citoyen français.
Votre interpellation aux communes montrent de fait que l’expulsion, dont ces familles ont été victimes, n’était pas justifiée, car se sont bien les communes qui en fait, pour l’instant, sont hors la loi pour la plus part.

Vous avez engagé un processus de régularisation ce qui est appréciable. Certes, quelques mois avant les élections municipales, dont chacun interprétera la signification, mais bon ! C’est engagé et cela est une bonne chose à mon sens.
Pour autant, vous ne pouvez laisser « pourrir la situation des familles de « l’ex Chaberte » ; vous représentez le pouvoir et avez une responsabilité politique et morale.
Cela fait plusieurs mois qu’avec les intéressés et Madame Marie Christine VERGIAT, députée Européenne, nous vous avons interpellé sur la question.
Dans la nouvelle phase que vous avez engagée, il est possible maintenant et particulièrement avec TPM d’entrevoir une issue positive pour tout le monde.
Le terrain en cours d’acquisition par TPM a une partie non inondable qui pourrait correspondre aux besoins des familles. Il s’agit donc de décider de leur attribuer cette parcelle en la mettant aux normes sanitaires et de sécurités.
Comme élu, je suis très attentif aux conditions d’existence de nos concitoyens et n’accepte pas les discriminations quelles qu’elles soient. Vous êtes le garant de l’application de la loi et du respect des droits de chacun !
Ce qui fonde notre république est le respect de la loi et des droits de chacun. Aujourd’hui ce sont des communes qui sont hors la loi.
C’est pourquoi, je vous demande une nouvelle fois d’engager une nouvelle concertation entre les parties, afin de mettre un terme à une situation dramatique, provoquée par une expulsion sans relogement, correspondant au mode de vie des gens du voyage sédentarisés.
Dans l’attente, veuillez agréer, Monsieur le Préfet l’expression de ma considération.

Alain BOLLA
Conseiller Régional

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.